Lettre d’Ethiopie numéro 65

Week-end à Debre Libanos à la recherche des GELADAS... JPEG - 12.6 ko
dimanche 22 mars 2009
par  Webmestre
popularité : 67%

Voilà 3 semaines que le travail a repris. Si du côté professionnel, rien de particulier n’est à relever, les conditions de vie évoluent.

Nous sommes de nouveau soumis aux coupures d’électricité. L’an dernier, à la même époque, les coupures affectaient uniquement quelques matinées par semaine. Cette année, c’est reparti avec un régime supérieur. Nous avons deux coupures de treize heures par semaine (de 7 à 20 h 00).

L’amplitude et la fréquence sont variables d’un quartier à l’autre. Il semble que nous soyons pas trop mal loti dans le domaine. De collègues subissent des désagréments plus importants. Plus gênantes, mais moins fréquentes, les coupures d’eau sont également au rendez-vous.

En tout cas, nous sommes ravis d’avoir des panneaux solaires pour l’eau chaude !

Les enfants sont en pleine forme et profitent bien de la météo très agréable du moment. Le soleil est généreux, les nuits sont assez douces (14°) et les journées tournent entre 27° et 30° ; un bel été sans la plage !

Inès nous a rapporté un nouveau jeu de l’école. En s’adressant à nous, elle nous demande de dire « pardon ». Nous nous exécutons et elle rétorque « dindon ». Il y a une variante avec « cochon »… Elle nous signale par ailleurs les rimes que nous pouvons faire au quotidien.

Quant à Léo, il traque l’emploi des différents temps (présent, futur, passé) et s’interroge quand une
histoire, racontée au présent, décrit un événement passé tout en évoquant le futur. Cela l’interroge fortement. Également, au détour d’une phrase, il nous signale que le mot que l’un ou l’autre vient de prononcer est un « nom commun ». Nous lui demandons comment sait-il cela, il nous répond immédiatement « c’est facile, il y a un déterminant ».

C’est actuellement la Semaine de la francophonie. C’est l’opportunité de rencontrer des écrivains, mais aussi de manger une bonne raclette organisée par l’ambassade de Suisse !

Côté loisirs, on est un peu au ralenti, si ce n’est ce dernier week-end. Lors du passage de Laetitia et Laurent, nous avionsdécouvert un lodge germano-éthiopien à moins de deux heures d’Addis-Abeba. Trouvant l’endroit plaisant, nous avons décidé d’y passer une nuit, en espérant croiser un gélada (espèce impressionnante de singe à longs poils). Nous prenons possession des lieux samedi en fin d’après-midi. La chambre est très spacieuse, très propre et confortable. La salle de bain est un exemple de sanitaires bien installés. Il y a même de l’eau chaude en abondance ! Tout cela est remarquable pour le pays.

Nous profitons de la vue depuis ce magnifique belvédère. Un gypaète barbu (grand vautour plutôt rare) nous fait une magnifique démonstration en vol.

Le soir venu, nous prenons notre dîner dans la salle à manger installée dans un grand toukoul circulaire. Au centre de la pièce trône un foyer où une flambée contribue à renforcer l’éclairage à la bougie. Ici aussi, les pannes de courant sont de mise. Le foyer n’a pas de conduit de cheminée. La fumée monte vers le toit et s’en échappe diffusément. C’est la technique locale pour éviter d’avoir des insectes dans ce type de couverture.

Le repas pris, nous sortons du restaurant sous une magnifique voûte céleste. Le ciel est limpide, il n’y a pas de lune, la Voie lactée est éblouissante. Mais alors, tout baigne ?

Nous prenons possession de nos chambres. La première surprise vient du bruit des camions qui descendent du plateau au frein moteur. Nous n’avions pas remarqué leur douce mélodie de jour. Dans le calme de la nuit, leur bruit est à la limite du supportable. Nous avons l’impression que chaque engin va finir sa course dans une chambre. Pour corser le tout, un couple a pris possession de la dernière des cinq chambres. Le problème est qu’ils ont décidé de repeupler l’Éthiopie de façon assez bruyante. On aurait dit Sally mangeant une pizza (cf. Quand Harry rencontre Sally).

Vers 21 h 00 le courant revient. C’est une TRES MAUVAISE nouvelle ! Nous sommes dans un lieu religieusement réputé. Dès 4 h 00 du matin, les églises ont commencé à diffuser leur douce mélopée proche des cris des martiens entendus dans le film Mars Attack. Voilà comment un chouette lieu devient un parfait endroit à fuir !

Nous rentrons le dimanche matin sur Addis-Abeba pour nous reposer un peu avant d’attaquer une nouvelle semaine. Nous avons du courant, mais plus d’eau.

Rendez-vous au prochain numéro !


Météo

Guingamp, 22, France

Conditions météo à 14h00
par weather.com®

Nuageux

13°C


Nuageux
  • Vent : 11 km/h - ouest
  • Pression : 1001 mbar ↑
Prévisions >>

Prévisions du 16 octobre
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 16°C
Min 8°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 17 octobre
par weather.com®

Très nuageux

Max 17°C
Min 10°C


Très nuageux
  • Vent : 8 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 18 octobre
par weather.com®

Orage épars

Max 16°C
Min 12°C


Orage épars
  • Vent : 19 km/h
  • Risque de precip. : 50%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 19 octobre
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 17°C
Min 10°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 16 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 20 octobre
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 17°C
Min 9°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 11 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<< Prévisions


Annonces

Et plus encore sur Facebook

Doudoutomtom et plus encore sur Facebook


Brèves

Le Khmer, ça vous parle ?

dimanche 22 janvier 2012

Comment apprendre les premiers mots de khmer simplement ?

En suivant le lien.....

Sur le Web : Khmer

Metro, Monorail, et pas de taxi

dimanche 1er janvier 2012

Le métro fonctionne bien à Dubaï. Le monorail aussi, mais il n’y a pas de taxi à la sortie !

La ligne s’achève dans un centre commercial inachevé et sortir de la zone n’est pas simple. Le moyen de transport est somme toute drôle et pour en profiter, mieux vaut le prendre en début de ligne côté ville et revenir en taxi une fois la balade au bout du palmier achevée.

Sur le Web : Dubai Monorail

Aquaventure, mode d’emploi

jeudi 22 décembre 2011

Il y a des moments où on se sent un peu bête... Une fois entrés dans le parc Aquaventure, nous ne savions pas du tout comment faire ! Devons nous garder nos chaussures, nous changer ? Où poser nos affaires ?

En fait, c’est tout simple ! Il suffit de se changer dans les vestiaires, de rester pieds nus (le sol est fait d’un dallage assez doux, à l’ombre), de trouver une place sur une des plages et de trouver une bouée pour flotter au gré des courants et autre remontes pentes ! Ensuite, le courant et la pente nourrissent la suite du voyage. Les enfants ont adoré.