Lettre d’Ethiopie N 57

SEPCIAL GREAT ETHIOPIAN RUN ou les enfants dans la grande course d’Addis-Abeba Inès et sa médaille
samedi 22 novembre 2008
par  Webmestre
popularité : 16%

Et c’est parti pour une nouvelle semaine. L’activité extrascolaire du moment est la préparation de la lettre au Père Noël. Les enfants ont puisé leur inspiration à travers quelques catalogues, plus ou moins d’actualités, rapportés de France. Inès, au petit déjeuner, demande à son papa. « Dis papa, tu as fait ta lettre au Père Noël ? ». Hervé répond : « Oui, j’ai demandé des enfants sages et obéissants » (cette semaine, Inès, en particulier, a été très désobéissante…). À l’écoute de la réponse, Inès fait la moue et dit « Mais papa, tu ne préfères pas un pantalon, une cravate, un bureau, un livre de train ? ».

La météo est redevenue très agréable, à partir du moment où le soleil donne. Il fait 5,5° à l’abri à 6h30 et 13,5° dans les chambres au réveil. Dans la journée, tout va mieux : les 24° sont bien agréables. L’air est sec et le ciel d’un bleu limpide. Par contre, un petit vent rend bien fraîches les stations à l’ombre. L’habillement oscille entre la polaire et le tee-shirt !
Léo a réussi sa 15e dictée sans faute. C’est devenu un véritable jeu et il attend avec impatience chaque nouvel exercice.

Sinon, Aude a pu reprendre son activité professionnelle. C’est une très bonne nouvelle. Les dieux de l’Internet sont de retour (malgré une journée complète de connexion interrompue au niveau national).

Samedi 22 novembre, nous partons avec les enfants participer à la fameuse ETHIOPIAN GREAT RUN. C’est une institution nationale. Le samedi est une course dédiée aux enfants et le dimanche elle est ouverte à tous. Il se dit que plusieurs dizaines milliers de personnes courent ainsi sur un parcours d’une dizaine de kilomètres.
Départ des garçons
Nous optons pour une participation à la course des enfants (3 500 participants). 4 sessions sont organisées : 2 courses pour les moins de 8 ans (une pour les garçons et une pour les filles), le même rituel est mis en place pour les plus de 8 ans. Le parcours fait quelques centaines de mètres.
Le rendez-vous est donné sur la grande place Meskal. L’heure de départ est fixée à 9h00. Il n’est pas facile de trouver, sur la grande place, le point de départ ; les panneaux sont en amharique. Nous trouvons un couloir qui accepte les enfants. Nous “abandonnons” Inès et Léo dans le flot. Il faut avoir confiance ! Soyons clairs, la foule est impressionnante, la place immense et l’organisation carrée. Tout le parcours est bien balisé. De nombreux adultes jalonnent la course et c’est finalement confiants que nous attendons le départ. Inès est la première à s’élancer. Va-t-elle tenir la distance ? Ne va-t-elle avoir peur de la foule ? Que se passera-t-il quand elle sera loin du départ ? Les parents ne sont pas très fiers…
Eh bien, notre fille a fait preuve de beaucoup de courage et de ténacité. Elle a couru toute la distance sans être portée par un adulte de l’organisation. C’est une des plus petites et elle n’a pas fini en queue de peloton ! À l’arrivée, elle a eu sa médaille. Nous ne pouvons pas décrire sa joie... et la nôtre. Elle porte son trophée avec fierté et l’exhibe à qui veut le voir.
Vas y ma fille !

C’est au tour des garçons de se lancer. Ils sont massés derrière la ligne de départ. En attendant le top départ, un animateur peaufine leur échauffement au rythme de la musique et de gestes dynamiques. Et les voilà partis ! Léo nous a décrit la foire d’empoigne au sein du groupe. Et ça tire sur le tee-shirt, et ça trébuche…. Bref, les petits gars veulent tous gagner. Ici, en Éthiopie, la course est une tradition extrêmement sérieuse et populaire. Gagner une course est un ticket pour la gloire nationale. Léo a fini le premier Français. Il y avait peu d’enfants occidentaux dans cette joyeuse foulée.

De retour à la voiture, les Éthiopiens que nous croisons félicitent les enfants. C’est très touchant.
Les enfants sont très fiers de leur médaille

Tout cela aurait été parfait si Aude ne s’était fait pas voler ses papiers par un pickpocket. Nous vous passons les détails, mais une autre course débute : le GREAT POLICE and ADMINISTRATION RUN. Voyons le côté positif des choses, il y aura certainement plein de choses à raconter dans les prochaines lettres !

........@suivre...


Météo

Guingamp, 22, France

Conditions météo à 22h00
par weather.com®

Inconnu

3°C


Inconnu
  • Vent : 9 km/h - nord nord-ouest
  • Pression : 995 mbar ↑
Prévisions >>

Prévisions du 15 décembre
par weather.com®

Inconnu

Max 3°C
Min 2°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 16 décembre
par weather.com®

Orage épars

Max 8°C
Min 3°C


Orage épars
  • Vent : 14 km/h
  • Risque de precip. : 30%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 17 décembre
par weather.com®

Averses

Max 10°C
Min 8°C


Averses
  • Vent : 17 km/h
  • Risque de precip. : 50%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 18 décembre
par weather.com®

Averses

Max 11°C
Min 7°C


Averses
  • Vent : 14 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 19 décembre
par weather.com®

Nuageux

Max 11°C
Min 7°C


Nuageux
  • Vent : 4 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<< Prévisions


Annonces

Et plus encore sur Facebook

Doudoutomtom et plus encore sur Facebook


Brèves

Le Khmer, ça vous parle ?

dimanche 22 janvier 2012

Comment apprendre les premiers mots de khmer simplement ?

En suivant le lien.....

Sur le Web : Khmer

Metro, Monorail, et pas de taxi

dimanche 1er janvier 2012

Le métro fonctionne bien à Dubaï. Le monorail aussi, mais il n’y a pas de taxi à la sortie !

La ligne s’achève dans un centre commercial inachevé et sortir de la zone n’est pas simple. Le moyen de transport est somme toute drôle et pour en profiter, mieux vaut le prendre en début de ligne côté ville et revenir en taxi une fois la balade au bout du palmier achevée.

Sur le Web : Dubai Monorail

Aquaventure, mode d’emploi

jeudi 22 décembre 2011

Il y a des moments où on se sent un peu bête... Une fois entrés dans le parc Aquaventure, nous ne savions pas du tout comment faire ! Devons nous garder nos chaussures, nous changer ? Où poser nos affaires ?

En fait, c’est tout simple ! Il suffit de se changer dans les vestiaires, de rester pieds nus (le sol est fait d’un dallage assez doux, à l’ombre), de trouver une place sur une des plages et de trouver une bouée pour flotter au gré des courants et autre remontes pentes ! Ensuite, le courant et la pente nourrissent la suite du voyage. Les enfants ont adoré.