Lettre d’Ethiopie N11

jeudi 13 septembre 2007
par  Webmestre
popularité : 61%

Mardi 11 septembre

Bonne année et bonnes fêtes ! A propos, as-tu ton mouton ? Et combien l’as-tu payé ? Mon beau mouton m’a coûté 900 ETB (70 euros)... Mais il y a moins cher, entre 300 et 450 ETB pour une bête plus petite.

Des moutons, il y en a partout en ville. Difficile de les éviter en voiture. Pour information, les animaux constituent le principal danger sur la route (nous sommes ravis d’avoir un pare-buffle). Si on percute un mouton en voiture, il en coûte 400 ETB environ de dédommagement aux paysans. Pour la vache, le tarif est bien plus élevé ! Quant à l’homme, c’est un passage direct par la case “prison”.

Ca y est, nous sommes arrivés à ce fameux jour de fête, unique au monde : l’an 2000 éthiopien, alias millenium. Au lycée, les femmes portent des tenues traditionnelles qui font penser aux saris indiens ou pakistanais.

Dans la rue, les voitures sont ornées du drapeau du pays et les T-shirts de circonstance fleurissent. Toute la ville s’est donnée rendez-vous sur MESKAL SQUARE et sur le stade. Concert et fête collective sont au programme.

Sinon, les pannes de courant continuent de rythmer notre quotidien. Mais attention, nous ne nous faisons plus prendre ! Aude a acheté une plaque au gaz, avec une belle bouteille orange.

Petite victoire administrative : nous disposons à nouveau de nos passeports avec un visa permanent pour 2 ans. Une bonne chose de faite puisque nous ne sommes plus considérés comme des clandestins (le visa était périmé depuis le 4 septembre).

Pour l’accès à Internet, nous en faisons notre deuil pour cette semaine. Le millenium paralyse le pays (du moins la capitale...) et il est impensable d’obtenir quoi que ce soit pendant cette période. Il faudra jouer serré dès qu’Hervé disposera de sa carte d’identité, car de nouveaux jours fériés arrivent.

A propos, l’équipe de direction (le directeur, le proviseur, le gestionnaire et Hervé) est partie prendre un verre dans le bar en face du lycée. Le lieu est typique. Un billard, un compteur d’eau au milieu des marches, de longues herbes fraîches sur le sol, un cadre doré au mur et de la musique éthiopienne dressent le décor. Parfois, une odeur assez marquée remonte des toilettes. On en conclut rapidement que le lieu est hautement radioactif et qu’il doit être fréquenté qu’en cas d’extrême urgence.

Nous avons commandé 6 bières pression et un coca. A votre avis, à combien est revenu ce moment de débauche ? 13,5 ETB, soit environ 1 euro. “Patron, tournée générale, c’est moi qui arrose !”

Mercredi 12 septembre

Enfin l’an 2000 est là ! Cela change tout. Il n’y a plus de prétexte pour les différents retards. L’espoir fait vivre.

Devinette du jour : A quoi reconnaît-on un jour férié ou un week-end ? C’est simple : il fait beau le matin, plutôt chaud, et dès la fin de matinée, il se met à pleuvoir sans cesse. Sympa, non ?

Le matin, nous avons fait un saut au lycée pour permettre à Aude d’accéder tranquillement à sa boîte mél et Hervé en a profité pour avancer sur son travail. Au moment du départ, une belle averse avec grêlons a salué notre retour vers la maison.

L’après-midi s’est passé simplement à la maison, devant un feu de cheminée, entre sieste et thé.

Au programme de jeudi : tentative de shopping pour trouver une radio FM.
Miracle ! La journée s’est terminée sans une panne de courant. A noter sur l’agenda.

Jeudi 13 septembre

A votre avis, quelle est la météo du jour ? Beau le matin, trombes d’eau l’après-midi. Heureusement qu’une maison vide est une belle aire de jeu pour les enfants.

Finalement, après de bons popcorns préparés par Wegaye, la famille est partie en promenade dans Addis.

Nous quittons la maison à pieds pour trouver un taxi. Moins d’une minute d’attente et un machin bleu et blanc s’arrête pour nous charger.

Nouveau chauffeur, donc nouvelle négociation. Hervé annonce la direction et 30 ETB. Le chauffeur propose 50 ETB. Hervé dit non et fait mine de sortir. Le chauffeur baisse à 40 ETB et de nouveau, Hervé ouvre la porte pour sortir. Notez qu’à chaque ouverture, fermeture de la porte, la poignée de la fenêtre tombe. Tout cela finit à 30 ETB avec un magnifique éclat de rire du chauffeur. Un homme finalement charmant. En prime, il n’a pas pris le chemin le plus simple ce qui nous a permis de découvrir de nouvelles rues.

Le point de départ de notre tour est le quartier Piazza. Nous choisissons ce lieu dans l’espoir de trouver un petit poste radio. Choux blanc, les boutiques sont majoritairement fermées.

C’est alors que, profitant de la stabilité de la météo, nous avons entrepris de descendre la Churchill road.

Nous nous arrêtons dans une boutique (genre boutique d’état) de souvenirs. En entrant, il y a au moins 5 vendeuses assises en train de discuter. Dès notre arrivée, chacune reprend son poste ! C’est impressionnant de disposer d’autant de personnels quand on a pas l’intention d’acheter. A la vue des étiquettes sur les articles, c’est très difficile de ne pas acheter. Avec l’équivalent de 15 euros, on peut déjà se procurer des souvenirs pour toute la famille !

Aude achète finalement 2 étoles dont la texture rappelle la sabra et les enfants choisissent chacun un petit masque africain.

Nous poursuivons notre descente en passant devant un monument à la gloire du précédent régime politique, chassé par l’actuel il y a plus de 10 ans. Actuellement, l’entretien de ce dernier est financé par Cuba. Allez savoir pourquoi...

Nous longeons le bâtiment qui regroupe le ministère de l’information et la télévision éthiopienne lui même en face de celui des télécommunications et à 2 pas de celui de la défense. Au moins, les choses sont claires.

Nous arrivons sur MESKAL SQUARE et prolongeons notre tour jusqu’à la maison. Mine de rien nous avons marché pendant 2 heures (et à plus de 2300 mètres) dans un air chargé de toutes les choses noirâtres rejetées par les pots d’échappement. Si Inès a fait le parcours pour l’essentiel dans les bras d’Aude, Léo a fait tout le chemin à pieds. Il grandit cet animal !

De retour à la maison, ce fut pâtes jambon fumé, cheminée, dodo et à très bientôt !


Météo

Guingamp, 22, France

Conditions météo à 00h00
par weather.com®

Inconnu

18°C


Inconnu
  • Vent : 16 km/h - sud sud-ouest
  • Pression : 993 mbar ↓
Prévisions >>

Prévisions du 17 septembre
par weather.com®

Inconnu

Max 18°C
Min 16°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 18 septembre
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 24°C
Min 15°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 20 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 19 septembre
par weather.com®

Très nuageux

Max 22°C
Min 14°C


Très nuageux
  • Vent : 27 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 20 septembre
par weather.com®

Vent

Max 23°C
Min 11°C


Vent
  • Vent : 35 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 21 septembre
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 17°C
Min 10°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 20 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<< Prévisions


Annonces

Et plus encore sur Facebook

Doudoutomtom et plus encore sur Facebook


Brèves

Le Khmer, ça vous parle ?

dimanche 22 janvier 2012

Comment apprendre les premiers mots de khmer simplement ?

En suivant le lien.....

Sur le Web : Khmer

Metro, Monorail, et pas de taxi

dimanche 1er janvier 2012

Le métro fonctionne bien à Dubaï. Le monorail aussi, mais il n’y a pas de taxi à la sortie !

La ligne s’achève dans un centre commercial inachevé et sortir de la zone n’est pas simple. Le moyen de transport est somme toute drôle et pour en profiter, mieux vaut le prendre en début de ligne côté ville et revenir en taxi une fois la balade au bout du palmier achevée.

Sur le Web : Dubai Monorail

Aquaventure, mode d’emploi

jeudi 22 décembre 2011

Il y a des moments où on se sent un peu bête... Une fois entrés dans le parc Aquaventure, nous ne savions pas du tout comment faire ! Devons nous garder nos chaussures, nous changer ? Où poser nos affaires ?

En fait, c’est tout simple ! Il suffit de se changer dans les vestiaires, de rester pieds nus (le sol est fait d’un dallage assez doux, à l’ombre), de trouver une place sur une des plages et de trouver une bouée pour flotter au gré des courants et autre remontes pentes ! Ensuite, le courant et la pente nourrissent la suite du voyage. Les enfants ont adoré.